l’as-tu que je puisse t’en priver?

18 November 2012 - gay savoir psychanalyse

Lacan, séminaire 5, les formations de l’inconscient, séance 11 (1956-1957):

“si l’homosexuel, dans toutes ses nuances, accorde une valeur prévalente à l’objet béni au point d’en faire une caractéristique absolument exigible du partenaire sexuel, c’est en tant que, sous une forme quelconque, la mère fait la loi au père, au sens où je vous ai appris à le distinguer.”

“D’une part, quand il a affaire à un partenaire qui est le substitut du personnage paternel, il s’agit pour lui, comme il apparaît fréquemment dans les fantasmes et les rêves des homosexuels, de le désarmer, de le mater, voire, d’une façon tout à fait claire chez certains, de le rendre incapable, lui, le personnage substitut du père, de se faire valoir auprès d’une femme ou des femmes.”

“D’autre part, l’exigence de l’homosexuel, de rencontrer chez son partenaire l’organe pénien, correspond précisément à ceci que, dans la position primitive, celle qu’occupe la mère qui fait la loi au père, ce qui est mis en question – non pas résolu, mais mis en question -, c’est de savoir si, vraiment, le père en a ou n’en a pas, et c’est très exactement cela qui est demandé par l’homosexuel à son partenaire, bien avant toute autre chose, et d’une façon prévalente par rapport à autre chose. Après, on verra ce qu’on aura à en faire, mais il s’agit avant tout qu’il montre qu’il en a.”

la preuve, cette demande reçue en octobre 2012:

cqfd-

A cause de spam trop nombreux, les commentaires sont fermés-envoyez tout commentaire par mail à bdeflorence@gmail.com ou bien apportez votre parole au groupe de discussion the-letter sur google group.